bannière AnimésCy Mascotte Manga

Kimi wa Pet


Kimi wa Pet

Genre : Drame Social , RomCom
Sensibilité : Adulte
Origine du titre : Manga

Auteur : Ogawa Yayoi
Histoire :

Sumiré est une jeune femme belle, brillante, assez grande, et qui gagne bien sa vie en tant que journaliste dans un grand quotidien international. A sa grande incompréhension, son petit copain vient de la quitter pour quelqu'un d'autre, car avoir une copine qui est plus grande et a un plus gros salaire que lui, le met mal à l'aise. Du coup, Sumiré, qui ne demande rien à personne, a en fait plein de problèmes avec les relations humaines, car pour les autres, tout lui réussit, c'est une femme impressionnante et forte, hors des normes.
Un soir en rentrant chez elle, elle découvre dans un carton, un jeune homme qui a l'air perdu. Attendrie, elle décide de l'emmener chez elle, lui prépare à manger et le laisse dormir tranquillement. Sentant qu'elle peut lui faire confiance, elle lui laisse même ses clés. Le lendemain, le garçon en question aimerait rester pour gouter à nouveau ses petits plats. Sumiré lui propose alors un marché : il pourra dormir et manger à sa guise autant de temps qu'il le souhaite, en échange il sera son animal de compagnie et lui obéira comme n'importe quel animal obéit son maître. A la grande surprise de Sumiré, le jeune homme accepte et avec le plus grand enthousiasme en plus ! Surnommé Momo par Sumiré, le nom de sa chienne adorée lorsqu'elle était enfant, voilà l'invité devenu animal de compagnie et qui prend même plaisir à donner la patte !


   Notre avis

L'avis de Piko sur l'Intégrale en manga


Malgré le spitch de départ, la relation entre Sumiré et Momo (dont ce n'est pas le vrai nom...) n'est ni glauque ni désopilante, mais se rapproche plus de la colloc ou du confident à domicile. Cette série traite surtout de la difficulté entre être et paraître, Sumiré étant une femme forte et intraitable aux yeux de ses collègues. Une image qu'elle s'efforce d'entretenir avec tous, même l'homme qu'elle aime, elle ne peut être elle-même qu'avec Momo, où elle se révèle en fait être une femme plutôt sensible, indécise et ne comprenant rien aux relations humaines. Et c'est là ce qui m'ennuie dans cette série. Partant d'un point de vue original, dans un Japon où la norme féminine est d'être délicate, introvertie et où toute jeune femme doit être mariée avant 30 ans et doit avoir quittée son boulot pour s'occuper de son foyer, Sumiré affiche clairement le rôle de la femme indépendante qui s'est acquittée du dictat de la société patriarcale, du fait de son choix de carrière et de son ascendant sur Momo. Après tout, c'est elle qui le loge et le nourrit avec comme seul retour l'étalage de ses peines de coeur et de son incompréhension sociale. L'idée de départ est donc super intéressante, Sumiré aurait pu représenter la femme forte japonaise qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et impose sa vision des choses, mais en fait, pas du tout.

Retombant comme un soufflet, s'arrêtant à être juste une comédie romantique, cette histoire retombe vite dans le classique, Sumiré étant en réalité l'archétype de la femme japonaise en son for intérieur, sa forte personnalité n'étant qu'une façade, et l'inversion personnalité forte vs sensibilité exacerbée devient de plus en plus marquante au fur et à mesure des tomes. Alors certes, les personnages secondaires apportent des moments intéressants sur les relations sentimentales entre adultes, mais même Momo n'arrive pas à relever le niveau, se contentant d'être un confident au début pour évoluer de façon très, trop classique pour une série destinée à un lectorat féminin. Faut avouer que l'auteur aurait pu lui trouver un autre métier, d'autres antécédants et une personnalité plus marquée pour rajouter un peu d'originalité, parce que là, cela donne tellement l'image du prince charmant délicat qu'il n'est plus du tout crédible de mon point de vue.

Bref, j'ai l'impression que l'auteur a touché du doigt quelque chose, une histoire qui aurait pu bien sortir des sentiers battus, mais que la société japonaise, et sans doute l'éditeur, n'était pas près pour ça lors de son écriture en 2000, alors qu'en tant que lectrice adulte occidentale en 2021, j'aurais voulu justement que cela aille plus loin dans la remise en question des convenances et de l'affirmation de la place de la femme dans la société.


Points positifs

Points négatifs

Une histoire originale...  
dont le thème principal dérive vite dans le classique
Cette lecture apporte une certaine réflexion sur ce qui est acceptable ou non dans les relations humaines  
Sumiré devient navrante au fur et à mesure des tomes
 
Le graphisme est très moyen et les couvertures carément laides

PikoAvis créé le 29/12/2021
Voir mes avis

L'avis de Mitsui



Points positifs

Points négatifs

 
 
 

MitsuiVoir mes avis


Revenir en haut de la page

   Le manga


Manga-Kimi wa Pet
Manga-Kimi wa Pet
Manga-Kimi wa Pet
Manga-Kimi wa Pet
Manga-Kimi wa Pet

Dessinateur : Ogawa Yayoi

Magazine de pré-publication : Josei
Editeur japonais : Kodansha
Année de création : 2000
Nombre de volumes au Japon : 14

Editeur français : Kurokawa
Nombre de volumes en France : 14


Ils ont été dans notre bibliothèque :

Kimi wa Pet -
Volume N°14

Kimi wa Pet -
Volume N°13

Kimi wa Pet -
Volume N°12

Kimi wa Pet -
Volume N°11

Kimi wa Pet -
Volume N°10

Kimi wa Pet -
Volume N°9

Kimi wa Pet -
Volume N°8

Kimi wa Pet -
Volume N°7

Kimi wa Pet -
Volume N°6

Kimi wa Pet -
Volume N°5

Kimi wa Pet -
Volume N°4

Kimi wa Pet -
Volume N°3

Kimi wa Pet -
Volume N°2

Kimi wa Pet -
Volume N°1



Revenir en haut de la page